Oui, mais … Spécialisée en quoi ?

La vie en rose

Oui parce que le dernier article que j’ai écrit n’était pas bien jouasse.

Un texte circule sur le web sur une éducatrice qui parle à son métier, et qui décide de « rompre » avec lui, lui reprochant beaucoup de choses (certaines largement légitimes). A ma première lecture, j’étais d’accord avec elle. C’est vrai que notre métier part en cacahuète sur certains points, que parler bureaucratie et prix de journée parait indécent quand on travaille avec l’humain. Soit dit en passant, c’est la même chose dans le milieu médical. Et dans plein d’autres domaines d’ailleurs. Bref.

 

Puis j’ai relu ce texte, un an après. Et en fait, tous les petits bonheurs que cette éducatrice vantait, et qui pour elle avait disparus, pour moi, ils sont toujours là, ils ont juste changé. J’ai eu subitement l’envie de faire un listing de ce qu’il y avait de bien, de beau dans notre métier, sans passer par la case râlage vous ne gagnerez pas 20 000 euros.

- les rires des enfants quand vous faites le clown
- les progrès parfois fulgurants constats chez certains gamins auxquels on ne croyait plus
- la possibilité de faire un tas de choses peu courantes ; chanter, danser, du théâtre, de la musique, de la percussion, des travaux manuels, de la cuisine et voir le plaisir que chacun prend dans ces activités
- les collègues qui se serrent les coudes quand il y a des absents et qu’il faut quand même aller au charbon, cela créé une équipe soudée
-ces bêtises que les enfants peuvent dire parfois sans s’en rendre compte et qui nous font mourir de rire
- leurs calins lorsqu’ils ne vous ont pas vus depuis 2 jours, parce que vous leur avez trop manqué
- les transferts, qui permettent de mieux connaître les enfants, s’éclater avec les adultes et découvrir des activités inédites que vous n’auriez pas eu idées de tester seuls
- la satisfaction de mener un projet à son terme et d’en voir les bénéfices
- les enfants toujours, parfois usants mais si attachants que jamais on ne peut leur en vouloir
- les horaires d’externat qui vous permettent de bâtir une vie à côté
- les échanges riches que l’on peut avoir avec certains collègues
- les échanges improbables que l’on peut avoir avec d’autre.
- ces situations qui sur le coup vous désespèrent mais qui finissent par vous faire rire car vous travaillez avec l’innocence
- ces crises de colères auxquelles vous avez appris à faire face malgré tout, cette fierté de voir que vous tenez la situation en main
- les victoires quand les enfants sont orientés là où il faut, les batailles qui permettent de réussir de belles choses
- les réunions parfois houleuses, mais dans lesquelles on réussi toujours à avoir des bons moments, des rires, des fous rires parfois en se remémorant les bêtises de chacun

OOOh je pourrais citer d’autres choses … oui notre métier est dur, et parfois on est sous pression, et l’inclinaison commence à changer. Mais on ne peux négliger ces petits plaisirs.

 

PS : je parle du hndicap en externat, je sais que ce n’est pas la joie dans certains endroits pour l’avoir vécu mais n’oubliez pas qu’il y a des institutions où cela fonctionne. Vraiment. Gardez espoir. Voyez la vie en rose.

 

8 janvier, 2017 à 21:16


Laisser un commentaire