Oui, mais … Spécialisée en quoi ?

Je suis une putain d’éducatrice

Oui c’est vulgaire tout ça, je sais mais je suis agacée.

On voit beaucoup dans les médias le mécontentement des travailleurs du milieu hospitaliers (pour qui j’ai un grand respect ne nous méprenons pas). On voit aussi quand les instit et les profs vont dans la rue, car toucher à la sacro sainte éducation nationale est un pêché (pareil, les instit on tout mon respect aussi, pour en avoir dans mon entourage très proche je sais à quel point ce métier est difficile et que l’on se méprend). Actuellement, mon fil d’actualités facebook est rempli de coupde gueule de plus en plus virulents (et légitimes) du personnel hospitalier.

Mais moi jsuis une putain d’éducatrice spécialisée. Avec des milliers de gens qui font le même boulot que moi. Et on rencontre des gros problèmes. Le premier, le plus grave je dirais, c’est que la moitié de la population ignore ce que nous faisons de notre temps professionnel, voire même ignore totalement notre existence. Le second, découlant du premier, c’est que quand les éducs lèvent le poing, et ils ont de quoi le lever croyez moi, tout le monde s’en bat les reins.

Alors pour toi, qui ne sait pas ce que c’est qu’un éducateur spécialisé, ou un moniteur éducateur (parce que ne nous leurrons pas, nous faisons exactement le même boulot), lis bien ces mots, fais les partager, et pense à nous quand un jour tu rencontreras une situation de galère où ce sont les éduc qui agissent.

Si je devais donner une définition simple, notre travail consiste à accompagner au quotidien des personnes socialement, mentalement ou psychiquement en difficulté. Je ne peux faire plus clair.

Un putain éduc, il peut vouer sa carrière à aller dans la rue, à la rencontre des ados en mal d’éducation, dans les maisons de quartiers, et essayer de les motiver pour renouer avec quelque chose dans leur vie.

Un putain d’éduc, il peut marauder la nuit, auprès des toxicos, pour parler avec eux, leur proposer des moyens plus propres de se shooter, ou un endroit sain pour dormir. Il fait ça aussi avec les SDF.

Un putain d’éduc ça peut être dans des services de placement d’enfants, avec des piles de dossiers que vous ne pourriez imaginer, et qui doit envisager les meilleurs solutions pour un gosse qu’il n’aura pas le temps de voir tellement les institutions sont mal faites.

Un putain d’éduc, il peut décider de se taper tous les réfugiés et immigrants, les vrais, de prendre parfois des ptits minots en bandoulières et de les aider dans le parcours du combattant pour se faire une place légitime en France et ne pas retourner au pays pour se faire bombarder.

Un putain d’éduc, ça va dans des hopitaux psychiatriques, et ça essaye de proposer des médiations à des gens qui ont une maladie psychique plus ou moins grave, pour leur donner des moyens de s’exprimer autres que les cris et la violence.

Un putain d’éduc, ça va en foyer de l’enfance ou maison d’enfant à caractère social, ça récupère tous les gosses insécurisés dans leurs foyers, et ça essaye de leur redonner le sourire, et plus important, la confiance en soi et en l’autre, en passant toute ses soirées avec eux.

Un putain d’éduc ça va dans des IME/EMP etc (entendre établissement médicaux éducatifs), c’est comme des écoles, mais pour les gamins handicapés laissés pour compte (handicap mental, physique, sensoriel, psychique)

Un putain d’éduc, ça va aussi dans les foyers de vie, dans les MAS (maison d’accueil spécialisée), et ça s’occupe des adultes handicapés, parce que oui, quand ils ont 16 ou 18 ans, généralement, ils ne retournent pas chez leurs parents et il devient assez complexe de leur trouver un métier, alors il travaille au quotidien avec eux, et rend ce quotidien moins morose.

Un putain d’éduc, ça écoute, ça dédramatise, ça prend sur soi, ça s’agace contre les institutions, ça crie, ça rit, ça torche le cul, ça donne des douches, ça cherche des fringues décentes, ça aide aux shoots propres sans juger, ça donne des couvertures et de la nourriture, ça fait des réunions à se tirer une balle, ça voit son métier tomber dans l’oubli de la société, ça essaye d’aider à construire des individus, ça travaille avec le coeur, les tripes, l’instinct, le bon sens, l’intelligence, la psychologie, ça comprend rien à l’économie tant cela paraît loin de leur quotidien, ça déprime face à la politique quand on voit que personne ne sait qu’il existe un ministère des affaires sociales et que ce n’est pas QUE la sécu, ça prend son courage à deux mains et ça fait comme il peut. Ca merde parfois, avec les résidents, avec les collègues, avec les supérieurs, mais ça c’est normal ; un putain d’éducateur, il travaille avec l’humain au quotidien et il se démerde comme il peut avec les moyens du bord. Un putain d’éduc ne fait pas son métier pour la gloire, et est agacé quand on lui dit « c’est un beau métier que tu fais, bravo ». Généralement, un putain d’éduc, il fait ça parce qu’il sait le faire, parce que ça lui plait d’avoir les mains et le nez dans la merde, surtout quand il voit qu’il arrive à en sortir malgré tout. Il fait ça parce que ça l’intéresse et il s’arrête quand il n’y trouve plus aucune motivation.

Voilà ce qu’on fait. Que ce soit dit. Souvenez vous, le jour où dans votre entourage vous avez un enfant handicapé, un ami qui n’a plus de toit, ou un pote qui est complètement dépassé par son enfant … y’a des gens pour ça, qui sont là pour agir, accompagner. Oui ça existe. Y’a des putains d’éducateurs.

31 octobre, 2016 à 18:35


188 Commentaires pour “Je suis une putain d’éducatrice”


1 17 18 19
  1. Raidot christelle écrit:

    Votre écrit m’ a ému, touché . Je me suis reconnue car moi aussi je suis une putain d’ éduc.
    Je tente , j’ essaye et parfois j’ ai des coups de gueule contre le système. Alors je tente , j’ essaye et parfois j’ ai des coups de gueule contre le système. Alors je tente …

  2. Steph écrit:

    Oui et j’ajouterais putain d’ergo, putain de psychomot, putain d’apa, etc…. La liste est helas longue comme le bras. Peut etre se rassembler enfin pour plus de visibilité ?

  3. Grand Jean werner écrit:

    BON RÉSUMÉ DE MES 43 ANS DE BOULOT ET TRÈS BON TRAVAIL D’ÉCRITURE

  4. dominique benureau écrit:

    Beau morceau de bravoure que je partage entièrement.

  5. Lavergne Christian écrit:

    Je t’ai toujours dit que t’avais un talent d’écrivain..celui qui n’a pas compris ce qu’est un educ est vraiment con.. biz de chris..

  6. Jean marie Lafitte écrit:

    Je suis un ancien ES, à la retraite depuis 3 mois, je suis heureux de lire ces lignes !!! Tellement vrai, réel et honteux… Après 30 ans de services, je suis usé et marqué par ce que j’ai vécu en IME ! Mais il ne faut rien lâcher, pour les jeunes qui suivent, qui vont peut être vivre des moments pires que ceux que nous avons connus … Avec une idée, se fédérer pour aider et lutter contre ces pratiques de management loin de notre vrai métier ????

  7. christelle Merat-Rizzo écrit:

    Respect pour vos écris

  8. abder écrit:

    je m’amuse à lire tes écrits continue………………

1 17 18 19

Laisser un commentaire