Oui, mais … Spécialisée en quoi ?

Heureusement il y a Findus …

Ou pas.

C’est vrai que je critique beaucoup, parce que je suis une garce. Aujourd’hui, j’ai décidé de rendre hommage à ceux qui travaillent avec moi et qui sont formidables. Oui, mesdames et messieurs, je ne suis pas la seule éducatrice névrosée ET compétente.

Je travaille dans le milieu depuis un peu plus de 6 ans. J’ai croisé beaucoup de gens, et certains m’ont marquée, dans le bon sens. Que ce soient des substituts maternels professionnels, ou des personnes qui sont sur la même longueur d’onde que moi, j’ai pu construire quelques relations vraiment sympas, et faire mon boulot avec des gens qui en valaient la peine …

J’ai commencé en internat, j’ai découvert le handicap là bas. Les éducs ne m’ont pas spécialement marquée, mais j’ai pu voir quelle sorte de professionnelle je deviendrais, en observant les pratiques des uns et des autres, en les analysant, et en essayant de comprendre les motivations de chacun.

Mon premier poste en tant qu’éduc diplômée m’a vraiment marquée. D’une part parce que ça a été une rencontre du troisième type avec la psychiatrie (et un coup de foudre avec la folie !), d’autre part parce que j’ai rencontré deux professionnels de grande qualité, avec une expérience qu’ils mettaient vraiment à profit. L’un était mon binôme, et il m’a encouragée à m’affirmer et m’a surtout accompagnée pour tenir des projets jusqu’au bout. L’autre était une collègue d’une journée, d’une justesse incroyable avec les jeunes. Si elle m’impressionnait au début, j’ai appris à la découvrir, et me suis rendue compte que si jamais je continuais à faire ce métier dans 10 ans, j’aimerai être comme elle : affirmée, pertinente et vraie. Je sais qu’elle lit mon blog, et j’espère sincèrement qu’elle se reconnaîtra. Au cas où, c’est une éduc à qui j’ai eu beaucoup de mal à dire au revoir, et avec qui j’ai fait un trajet aller retour à Kidzee :)

L’année dernière a été un vrai tournant aussi. Parce que je me suis retrouvée projetée dans un groupe quasiment à l’abandon, avec tout à construire, et que j’ai du travailler avec quelqu’un qui n’avait jamais été confronté au handicap et qui l’a découvert au travers de l’autisme et la psychose. Cette fois ci, j’ai trouvé d’abord une sorte de maître à penser, qui vit en accord total avec ce qu’il pense, puis ensuite un ami, quelqu’un vers qui je sais que je peux me tourner … quelqu’un qui, ici bas, est là. Une personne formidable, qui m’a clairement aidée à être ce que je suis aujourd’hui, à ne pas avoir honte d’être en désaccord, et ne plus me sentir indispensable. Une personne qui m’a toujours amenée à me poser les bonnes questions. Et au delà de ça, une personne aussi libérée que moi sur beaucoup de sujets, avec les mêmes références culturelles et le même humour moisi. Si cette personne passe par là, je sais que cela lui arrive de temps à autres, je voudrais encore une fois lui dire merci, lui dire à quel point je l’aime.

Et aujourd’hui, premier CDI. A force, je repère vite les gens avec qui cela va coller. Preuve en est, j’avais senti qui allait m’énerver. J’ai vu très vite aussi en qui je pouvais avoir confiance. Quelques personnes m’ont offert un soutien sans failles depuis le début, en s’intéressant de façon saine à ma vie, et en se préoccupant vraiment de ce que j’ai, sans avoir de curiosité mal placée, mais en montrant une véritable empathie pour moi. Je ne leur ai pas dit, mais je sais aussi qu’elles passent par ce blog, je leur dis ici, un grand merci. Les choses sont compliquées pour moi, et j’assure comme je peux, et jamais elles ne m’ont jeté la pierre, pourtant dieu sait que mes soucis peuvent bousculer toute une organisation. Je m’excuse régulièrement d’avoir des problèmes de santé, je me justifie beaucoup, mais elles me rappellent que je n’ai pas à le faire, que je n’ai pas de comptes à leur rendre, mais que la seule chose qui leur importe, c’est que j’aille bien, et que je fasse mon travail correctement quand je suis là. J’ai la chance de travailler avec des personnes empreintes d’une véritable humanité et c’est suffisamment rare pour que je le dise ici. Et au delà de ça, professionnellement, on se comprend assez bien, puisqu’on fait tous avancer la barque dans le même sens, et plus ou moins de la même façon. C’est plutôt plaisant.

Bon, je suis en mode « monde des bisounours dans la rue des guimauves », mais je crois que de temps en temps, il est utile de rappeler qu’il n’y a pas que des ratés dans notre travail.

Mais pour clôturer cet article mielleux à souhait, je vais vous raconter l’histoire du mec qui a 5 bites.

C’est l’histoire d’un mec qui a 5 bites. Et ben son slip lui allait comme un gant.

30 novembre, 2013 à 20:28


5 Commentaires pour “Heureusement il y a Findus …”


  1. Ta soeur écrit:

    Heureusement que tu fais une blague à la fin, qui te ressemble, parce que sinon effectivement j’aurai cru qu’un bisounours enragé avait pris possession de ton corps !

  2. eiwhaz écrit:

    Il fallait que je dise tout ça, j’ai beau dire que certains de mes collègues sont des bâtards, j’en ai d’autres qui sont vraiment supers et qui m’ont montré un soutien qui m’a vraiment aidée à me reprendre au boulot. Et si je ne dis pas aux gens bien qu’ils sont bien, peut être que personne ne le fera …

  3. Ta soeur écrit:

    certes

  4. jadmirecequetufais écrit:

    ce que je préfère dans ton article.. c’est ta blague….;)

    Dernière publication sur "J'admire ce que tu fais" : tetelefou lui !

  5. Jenn écrit:

    Heu….j ai pas compris la blague…mdrrrr :P


Laisser un commentaire